• Raphaël Piotto

Reconnaissance de soi.

Mis à jour : 10 juil. 2019



Se reconnaitre, c’est percevoir et assimiler les fonctionnements, les comportements et les attitudes issus de l’idée, de l’action et de le réaction, en joignant la sensation liée aux états d’âmes qui en découlent. Leur compréhension permet d’identifier et de nommer les différentes parties en phase de maturation et qui sont le fondement de toutes les fonctions créatrices en mouvement. L’expérience consciente de ces animations est une intégration vers une meilleure connaissance de soi. De cette manière, les schémas en fonctions, souvent inconscients, se trouvant en nous, mais qui ne sont pas de nous, s’éveillent à la conscience et se brisent, engendrant très souvent une sensation de danger qui n’existe pas, issu des peurs imaginaires créées par le schéma lui-même, dont la croyance est la crainte pour son existence. La résistance au changement est la peur du dévoilement et de la découverte de ce qui se cache derrière le voile mince et opaque où ce qui ne veut et ne peut être vu et reconnu est l’annonce d’un retournement imminent, qui dépasse l’idée d’une vie rêvée imaginanée. Le risque est irréel, il est l’idée d’assumer l’homme en devenir d’être dans le conflit, alors que chaque parties claires et troubles mises en jeu sont un accueil vers le chemin de la bienveillance. L’erreur, fondamentale, est l’attente d’une confiance pour initier la percée, alors qu’elle est le résultat d’une traversée engagée par le courage d’explorer de l’intérieur la peur d’un renouveau remettant en jeu l’ordre de la structure interne. C’est pourquoi la confiance n’est pas quelque chose de prescriptible et de formel permettant de donner un sens et une direction qui précisent et qui rassurent celui qui trace et traverse son chemin, elle est, au contraire, l’aboutissement d’une rennaissance vécue, d’un retournement, elle est le résulat d’une traversée initiée par le cri puissant et terrifiant de l’homme pénétré et dans lequel il découvre la détermination et le courage, un guerrier en quête d’une lumière mettant en jeu son devenir, un ordre nouveau dans lequel il engage sa part active vers sa métamorphose. La peur est au devant et elle détient la pulsion qui crée l’élan vers la percée de ce qui le contient dans l’enfermement, l’isolement et l’indifférence. Il perce et déchire ainsi le voile qui faillit et laisse entrevoir l’essence d’une nature vulnérable. Nu, son vêtement de peau parsemé, son fragile vivant, fort et intense, sont les prémisses d’une reconnaissance enfin démontrée. Il est beau, sensible et puissant pour la capacité qu’il découvre à se reconnaître être si peu de chose et à la fois si grand tant sa force sans artifices le rend entier et véritable. La première grande percée est l’annonce des prochaines, et il ne s’en remettra pas, car au fond de lui, le désir de conquérir et de pénétrer sa terre promise est sa destinée, sa seule vérité, lieu où sa bien-aimée l’attend, et même s’il doute, même si la peur le retient encore, il reconnaît les signes qui lui permettent de ne plus reculer et d’avancer ainsi vers Elle. Les voiles otés, il se découvre, voit et reconnaît ses particularités, ses qualités, ses imperfections, il touche à sa douceur, à sa force et à sa puissance, il reconnaît son potentiel diversifié et entier, il perçoit son élan et ses attentes, sa présence et ses instants. De l’amour retrouvé, il s’abandonne et se dépose en Elle, l’Isha de son Être, La bien-aimée. De la confiance, sa mission n’est plus sous le contrôle, il pénètre ainsi un dedans, un univers sans entrée ni sortie, sans fin ni début, dans lequel il a toujours voyagé sans jamais s'en rendre compte. La confiance est née et est son engagement à reconnaître l’univers dans lequel il a grandit et qu’il continue à franchir d’étape en étape. C’est ainsi qu’il se fonde et détermine, à chacune de ses sorties, son entrée dans le monde. Le désir passif pour son féminin est sa métamorphose, dans un corps qui s’exprime grâce à la douce force profonde et rassurante qui le reçoit, le reconnait et l’imprègne d’une confiance innée qui l’engage. Il ne s’en remet pas car l’aventure qui le détermine est le voyage dans lequel il a touché à la grâce et à la bonté.


Extrait de "Ni dedans, ni dehors." - Raphaël Piotto.

88 vues

NAMUR:

Av. Cardinal Mercier 17

5000 Namur

Centre Objectif Santé

(Le mardi uniquement)

HUY:

Rue de France 22a

4500 Huy

Centre Résonances

+32 (0)475 38 18 02

© 2018 par Raphaël Piotto - Acupuncture D.A.

  • LinkedIn - White Circle
  • White Facebook Icon
  • White Google+ Icon
  • White Instagram Icon