ACUPUNCTURE
et
DEVELOPPEMENT EXISTENTIEL

LES CABINETS

NAMUR

Av. Cardinal Mercier 17

5000 Namur

Centre Objectif Santé

(Le mardi uniquement)

HUY

Rue de la Résistance 21

4500 Huy

Centre Résonances (résonances.io)

CONTACT

T: +32 (0) 475 38 18 02

L'expérience d’un dedans et d’un dehors.

 

L’expérience en tant qu'être capable d’aspiration, en tant que ce qu’il sent, un être de sensation. Un être doté d’un potentiel qui le détermine, déterminé à l(s)’explorer, à le (se) découvrir, à le (se) pénétrer et à le (se) dévoiler. À nu et à vif, prêt à pénétrer sa peur, nécessaire à son découvrement et à son retournement, sur le chemin d’un retour vers lui-même, contenant l’essence de sa vie. Un lieu qui lui arrive de craindre cependant, parce que la route est longue, inconnue et incertaine. Mais qui n’est pas en route ? Et faut-il en être conscient ? Chacun de nous le sommes, et ceux qui prétendent en être sont peut-être moins conscients que ceux qui ne se posent même pas la question ?! Chacun est sur la route qu’il engage. Au fond, on s’en fout ! « Ce sont ceux qui en parlent le plus qui en font probablement le moins.» La route est escarpée, et des voies mystérieuses s’interpénètrent et s’entrecroisent, en silence dans le noir. Mystère qui n’en est pas un, et qui ressemble plutôt à une quête vers un potentiel de nous-mêmes qui nous élance et qui nous guide à devenir, au-delà des croyances dans lesquelles fonctionnements, schémas, mécanismes et ombres sont posés en lumière. Son expression est un cri, un appel fort qui nous retourne, dirigeant notre regard vers une direction dont nous ne pouvons nous détourner. L’expérience de celui qui répond à son appel est l’expérience qu’il devient. Devenir l’expérience … 

 

C’est ainsi qu’il se tient debout, le regard dirigé, la tenue droite, dont la parole juste et affinée s’exprime avec assurance. Il s’accomplit dans l’expérience, la seule qu’il traverse, la seule qu’il vit, en tant qu’être humain. Les plaisirs, le goût du bon, la douleur et la souffrance sont le lot quotidien dans lequel il se transforme, et ce qu’il sent est l’expérience qui le détient. Certaines d’entre elles sont appréciées et il s’en délecte, d’autres rejetées, oubliées et refoulées. Quoiqu’il veuille, il lui faudra cependant les regarder, parce que leurs apparences se renouvellent constamment. Sans ce fondement et sur lequel il n’a de pouvoir, sauf celui de fuir, il est un être couché, tant sa tenue n’est pas suffisamment exercée à se tenir droit. Ainsi, il se situe entre détente et tension, en équilibre sur le fil qui détient la voie de la rive d’où il vient, vers l’autre rive vers laquelle il va. Ce fil qui le fonde est sa pleine participation à l’expérience de lui-même, l’expérience d’une vie intérieure.